Les courses exclusivement féminines ont-elles encore un sens aujourd'hui ? La question mérite d'être posée. Elles en ont eu, c'est certain. Il fut une époque, pas si lointaine, où il était difficile pour une femme de se mêler à des pelotons constitués majoritairement d'hommes. Surtout pour celles qui ne pratiquaient la course à pied qu'occasionnellement. Et il a été également nécessaire de se battre pour que les femmes existent, au même titre que les hommes, dans les médias et auprès des organisateurs de course. Dès lors, proposer des courses 100% féminines, offrait une solution intéressante pour mettre les femmes en avant. Est-il encore utile de le faire aujourd'hui ?

Des raisons de les garder

Oui, si l'on considère que certaines femmes, parmi les débutantes ou les joggeuses occasionnelles, se lanceront plus facilement dans une course si elle leur est uniquement réservée. Elles s'y sentiront plus à l'aise.

Oui, parce que les courses mixtes condamnent les premières concurrentes femmes à passer l'arrivée dans l'anonymat d'un peloton masculin.

Oui, parce qu'avec une course mixte, médias et public auront toujours tendance à focaliser sur les premiers à franchir la ligne d'arrivée.

Et des raisons de s'en passer

Non, parce que les mentalités ont beaucoup évolué, qu'il y a de plus en plus de femmes dans les pelotons des courses mixtes. Et qu'il vient de moins en moins à l'idée des organisateurs d'accorder des primes plus importantes aux hommes qu'aux femmes (même si ce n'est pas encore une généralité).

Non, parce qu'une course non mixte empêche des couples de courir ensemble. Des groupes de femmes et d'hommes, qui ont l'habitude et prennent plaisir à courir ensemble, se voient interdits de le faire le jour J.

Non, parce que des femmes aiment courir dans des pelotons mixtes au sein desquels elles trouveront plus facilement un compagnon de route.

cojogg.fr : la mixité comme une évidence

Autant vous le dire franchement, chez cojogg.fr, nous sommes très attachés à la mixité. Parce que nous vivons tous les jours dans la mixité. Et si en créant ce réseau social, nous avons d'abord pensé aux femmes et à la sécurité que pouvait leur assurer le fait de courir à plusieurs, il était évident pour nous que la création de groupe de cojoggeurs ne pouvait pas se faire en excluant d'entrée telle ou telle catégorie de personnes.

Courir à plusieurs, c'est aussi la possibilité de courir tous ensemble.